• Menu
  • Menu

Qui est Jacques de Sores, l’ « ange exterminateur » ?

rto Príncipe, la capitale d’Haïti. Puis, du 10 juillet au 5 août 1555, il met La Havane à feu et à sang. Déçu, il n’y trouve pas les quantités d’or spectaculaires sur lesquelles il s’était imaginé mettre la main.

C’est à la suite de cette attaque que les Espagnols décident de lancer la construction du Fort El Morro et des forteresses de La Havane.

Le retour de Cuba : Jacques de Sores et les missionnaires jésuites

Quinze ans après avoir mis les Caraïbes à feu et à sang, Jacques de Sores prouve que le temps ne l’a pas attendri pour un sou !

Au large des Canaries, il met la main sur un navire de missionnaires jésuites en route pour le Brésil et les massacre tous jusqu’au dernier.

Les missionnaires victimes de la cruauté du célèbre pirate sont béatifiés par Pie IX en 1854.

Cuba, de Sores et la piraterie

Jacques de Sores figure au rang des personnalités historiques ayant laissé une empreinte sanglante et durable à Cuba. Ses violents forfaits ont eu un impact sensible sur le pays et notamment sur l’aménagement des villes cubaines.

C’est en effet à la suite des attaques menées par de Sores que les Espagnols décident de lancer la construction des forteresses qui dressent aujourd’hui encore leurs lourdes silhouettes au dessus de la capitale.

De manière plus générale, la piraterie a profondément marqué l’histoire cubaine.  Le « Jolly Roger », le drapeau des pirates, reconnaissable entre tous, compte d’ailleurs parmi les drapeaux emblématiques qui flottent sur l’histoire du pays.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil à notre article sur le drapeau cubain.

Crédits photo
Nicolas Raymond

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *